Biologie

Par le Docteur Mathieu Kuentz, biologiste médical.

J’ai pris des psychotropes pendant 15 ans, j’ai arrêté il y a 2 ans mais un bilan m’indique un taux de prolactine de 19 ng/ml, donc une hyperprolactinémie. La prise d’anti-dépresseurs pourrait-elle être la cause de cet excès de prolactine ? Autre question : peut-on faire des analyses pour connaître son taux de dopamine et, en cas de déficience, un agoniste dopaminergique ne serait-il pas conseillé ? Je m’inquiète des conséquences à long terme de ce type de traitement, notamment sur l’épanouissement sexuel.

Fabien, 34 ans, Cherbourg