MENU
La sante surtout La sante surtout

Le site de référence pour des infos santé fiables et de qualité

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Allergologie
Anesthésie
Autres examens
Autres interviews
Bien-être
Bilans sanguins
Biologie
Cancérologie
Cardiologie
Chiropraxie
Chirurgie cardiaque
Chirurgie de l'obésité
Chirurgie de la cheville et du pied
Chirurgie de la main
Chirurgie digestive et viscérale
Chirurgie esthétique
Chirurgie orthopédique
Chirurgie vasculaire
Conseils grossesse
Conseils hypnose
Conseils kiné
Conseils santé
Conseils santé
Dentisterie
Dermatologie
Diététique
Droit médical
Examens médicaux
Experts médicaux
Fondations - Associations
Gastro-entérologie
Grossesse
Gynécologie
Hypnose
Infectiologie - IST
Infos santé
Interviews
Kinésithérapie
Livres
Livres divers
Médecine
Médecine d'urgence
Médecine du sport
Médecine du travail
Médecines douces
Médecine générale
Naturopathie
ne pas utiliser
Néphrologie
Neurochirurgie
Neurologie
Nutrition
nutrition
Ophtalmologie
ORL
Ostéo
Ostéopathie
Pédiatrie - Homéopathie
Personnalités
Personnalités et sportifs
Pharmacie
Pneumologie
Proctologie
Professionnels médecine douce
Psychologie
Questions santé diverses
Questions-Réponses
Quiz santé
Radiologie
Radiologie - Imagerie médicale
Rhumatologie
Santé
Sexologie
Sportif de haut niveau
Stomatologie
Stomatologie et dentisterie pédiatrique
Urgences-Ville
Urologie
Vidéos
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Allergologie
Anesthésie
Autres examens
Autres interviews
Bien-être
Bilans sanguins
Biologie
Cancérologie
Cardiologie
Chiropraxie
Chirurgie cardiaque
Chirurgie de l'obésité
Chirurgie de la cheville et du pied
Chirurgie de la main
Chirurgie digestive et viscérale
Chirurgie esthétique
Chirurgie orthopédique
Chirurgie vasculaire
Conseils grossesse
Conseils hypnose
Conseils kiné
Conseils santé
Conseils santé
Dentisterie
Dermatologie
Diététique
Droit médical
Examens médicaux
Experts médicaux
Fondations - Associations
Gastro-entérologie
Grossesse
Gynécologie
Hypnose
Infectiologie - IST
Infos santé
Interviews
Kinésithérapie
Livres
Livres divers
Médecine
Médecine d'urgence
Médecine du sport
Médecine du travail
Médecines douces
Médecine générale
Naturopathie
ne pas utiliser
Néphrologie
Neurochirurgie
Neurologie
Nutrition
nutrition
Ophtalmologie
ORL
Ostéo
Ostéopathie
Pédiatrie - Homéopathie
Personnalités
Personnalités et sportifs
Pharmacie
Pneumologie
Proctologie
Professionnels médecine douce
Psychologie
Questions santé diverses
Questions-Réponses
Quiz santé
Radiologie
Radiologie - Imagerie médicale
Rhumatologie
Santé
Sexologie
Sportif de haut niveau
Stomatologie
Stomatologie et dentisterie pédiatrique
Urgences-Ville
Urologie
Vidéos
Autres examens

Un examen important

Tout ce qu’il faut savoir avant une hystéroscopie.

Docteur Frédéric Sabban

Docteur Frédéric Sabban

Chirurgien, gynécologue, accoucheur. Praticien hospitalier. Membre de la société française de colposcopie, pathologie vulvaire.

Pourquoi faire une hystéroscopie ?

 

Trois raisons principales (elles peuvent être isolées ou associées) :

✚  Saignements inexpliqués (en dehors des petites pertes liées à la pilule).

  Anomalie(s) à l’échographie pelvienne.

  Difficulté à être enceinte après des mois et des mois d’essais.

 

Suis-je concernée par cet examen ?

Il est très rare de faire cet examen chez une jeune fille de moins de 20 ans, ou chez les femmes ayant conservé leur virginité.

Cet examen est bien plus courant chez les jeunes femmes de 30 ans pour qui une grossesse tarde à venir (et ceci entre dans un ensemble d’examens qu’il faut parfois effectuer) et chez les femmes d’âge un peu plus mûr, notamment lorsque les cycles menstruels changent, particulièrement après 40 ans.

 

En quoi consiste l’hystéroscopie ?

L’ hystéroscopie est un examen médical qui peut être réalisé sous anesthésie locale ou générale, et votre gynécologue pourra vous renseigner sur ces différentes pratiques.

Vous n’avez pas de produit particulier à aller chercher à la pharmacie, ni besoin de remplir votre vessie !

En moyenne, l’examen en lui-même dure quelques minutes. Bien sûr, si l’anesthésie générale est retenue, il faut compter le temps de l’anesthésie et du réveil ! L’intervention se fait à l’hôpital, en ambulatoire, vous arrivez le matin à 7h30 et repartez vers 14h30 en étant accompagée. (Conduire après une anesthésie générale, mieux vaut éviter !). Pendant cet examen, vous êtes installée en position gynécologique comme lors des visites chez votre gynéco.

L’hystéroscope est une petite caméra qui mesure 3 à 5 millimètres.

Lorsque le médecin place la caméra à l’entrée du col de l’utérus , il perçoit le petit orifice qui lui permet d’entrer dans la cavité utérine.

Pendant cet examen, l’hystéroscope envoie également de l’eau en continue, afin que l’examen se fasse sans douleur, et avec une bonne qualité d’image.

 

Que voit-on pendant l’examen ?

Grâce à cet examen, on peut voir l’intérieur de l’utérus et regarder s’il y a quelque chose d’anormal. Par exemple, on regarde s’il y a des polypes (sorte de kystes solides) ou s’il y a des vaisseaux anormaux. On peut également voir l’orifice des trompes et s’il y a des séquelles d’infections antérieures ou des malformations.

A la différence d’un scanner qui ne voit que l’extérieur des organes, l’hystéroscopie voit à l’intérieur de l’utérus. Comme une endoscopie gastrique, par exemple, où le médecin peut voir à l’intérieur de l’estomac.

 

Qu’attend-on de cet examen ?

Cet examen permet d’orienter la conduite thérapeutique ultérieure.

Si l’examen est normal, et que l’une des 3 raisons citées plus haut persiste, il faudra revoir avec votre gynécologue la suite des examens, mais cela est déjà très satisfaisant et rassurant.

Si l’examen révèle une anomalie, le médecin pourra faire un prélèvement d’emblée ou programmer avec vous la suite des interventions.

L’objectif de cet examen est dans un premier temps de rechercher une cause aux symptômes présentés ou aux anomalies vues à l’échographie.

La prise en charge thérapeutique est généralement réalisée dans un deuxième temps, lors d’un second examen programmé et adapté.

Votre médecin traitant reçoit un compte rendu de l’intervention, et vous pouvez en discuter avec lui aussi avant de revoir votre gynécologue.

 

 Y a-t-il des risques ?

Le risque ZERO n’existe malheureusement pas en médecine. Mais ne soyez pas trop anxieuse, cet examen se déroule sans complication dans la majorité des cas et vous pouvez reprendre votre travail dès le lendemain.

Il y a deux risques principaux :

 La « perforation » de l’utérus lors de l’intervention, qui peut occasionner des saignements internes et entrainer un arrêt de l’examen et la mise sous antibiotique.

L’infection de l’utérus qui peut apparaitre quelques jours après l’intervention, et provoquer des douleurs avec des pertes vaginales inhabituelles et également la mise sous antibiotique.

 

À voir aussi