MENU
La sante surtout La sante surtout
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Allergologie
Anesthésie
Autres examens
Autres interviews
Bien-être
Bilans sanguins
Biologie
Cancérologie
Cardiologie
Chiropraxie
Chirurgie cardiaque
Chirurgie de l'obésité
Chirurgie de la cheville et du pied
Chirurgie de la main
Chirurgie digestive et viscérale
Chirurgie esthétique
Chirurgie orthopédique
Chirurgie vasculaire
Conseils grossesse
Conseils hypnose
Conseils kiné
Conseils santé
Dentisterie
Dermatologie
Diététique
Droit médical
Examens médicaux
Experts médicaux
Fondations - Associations
Gastro-entérologie
Grossesse
Gynécologie
Hypnose
Infectiologie - IST
Infos santé
Interviews
Kinésithérapie
Livres
Livres divers
Médecine
Médecine d'urgence
Médecine du sport
Médecine du travail
Médecines douces
Médecine générale
Naturopathie
ne pas utiliser
Néphrologie
Neurochirurgie
Neurologie
Nutrition
nutrition
Ophtalmologie
ORL
Ostéo
Ostéopathie
Pédiatrie - Homéopathie
Personnalités
Personnalités et sportifs
Pharmacie
Pneumologie
Proctologie
Professionnels médecine douce
Psychologie
Questions santé diverses
Questions-Réponses
Quiz santé
Radiologie
Radiologie - Imagerie médicale
Rhumatologie
Santé
Sexologie
Sportif de haut niveau
Stomatologie
Stomatologie et dentisterie pédiatrique
Tous nos conseils
Urgences-Ville
Urologie
Vidéos
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Allergologie
Anesthésie
Autres examens
Autres interviews
Bien-être
Bilans sanguins
Biologie
Cancérologie
Cardiologie
Chiropraxie
Chirurgie cardiaque
Chirurgie de l'obésité
Chirurgie de la cheville et du pied
Chirurgie de la main
Chirurgie digestive et viscérale
Chirurgie esthétique
Chirurgie orthopédique
Chirurgie vasculaire
Conseils grossesse
Conseils hypnose
Conseils kiné
Conseils santé
Dentisterie
Dermatologie
Diététique
Droit médical
Examens médicaux
Experts médicaux
Fondations - Associations
Gastro-entérologie
Grossesse
Gynécologie
Hypnose
Infectiologie - IST
Infos santé
Interviews
Kinésithérapie
Livres
Livres divers
Médecine
Médecine d'urgence
Médecine du sport
Médecine du travail
Médecines douces
Médecine générale
Naturopathie
ne pas utiliser
Néphrologie
Neurochirurgie
Neurologie
Nutrition
nutrition
Ophtalmologie
ORL
Ostéo
Ostéopathie
Pédiatrie - Homéopathie
Personnalités
Personnalités et sportifs
Pharmacie
Pneumologie
Proctologie
Professionnels médecine douce
Psychologie
Questions santé diverses
Questions-Réponses
Quiz santé
Radiologie
Radiologie - Imagerie médicale
Rhumatologie
Santé
Sexologie
Sportif de haut niveau
Stomatologie
Stomatologie et dentisterie pédiatrique
Tous nos conseils
Urgences-Ville
Urologie
Vidéos
Tous nos conseils

Voilà pourquoi l'orgasme est bon pour la santé et le moral !

Sexe : les bonnes raisons de rester sous la couette

Jessyca Falour

Jessyca Falour

Directrice de la rédaction.

Dimanche dernier, la journée mondiale de l’orgasme a fait parler d’elle et a été suivie avec plaisir ! L’occasion rêvée de se pencher sur les bienfaits de l’orgasme sur notre santé.

 Sortez le chrono

L’orgasme féminin varie de 10 à 60 secondes et l’orgasme masculin, de 6 à 10 secondes, pas très synchro tout ça !

 L’orgasme est (super) bon pour la santé…

Des études très sérieuses ont montré que jouir trois fois par semaine, au minimum, réduirait de 50% les risques cardio-vasculaires. Cela muscle le cœur et améliore la circulation sanguine. Et ce n’est pas tout : faire l’amour réduit le stress, améliore l’endormissement et la qualité du sommeil, renforce le système immunitaire et permet ainsi d’éviter les rhumes de l’hiver.

Le sexe agit également comme un antidouleur, une partie de jambes en l’air correspondrait à l’absorption de deux aspirines.

…Et pour le moral !

Faire l’amour est donc bon pour la santé mais aussi pour le moral avec un pic de bonne humeur immédiat. De manière générale, c’est une pluie de neurotransmetteurs, comme la dopamine, la sérotonine, la mélatonine ou encore la vasopressine qui déferle dans notre boite crânienne ; le taux de testostérone dans le sang, y compris pour les femmes, est renforcé. Après l’orgasme, le retour au calme conduit à la libération des endorphines qui apaise ainsi toutes les tensions, d’où la fameuse réconciliation sous l’oreiller.

 En caressant les seins de votre femme, vous la protégez du cancer

Faîtes une bonne action !

Bonne nouvelle pour les femmes (et pour les hommes qui vont pouvoir en profiter !), les corps à corps torrides auraient un rôle protecteur sur le sein. La stimulation des tétons et l’orgasme libèrent, en effet, une hormone appelée ocytocine qui, bien connue pour, déclencher l’accouchement et permettre l’allaitement, protégerait du cancer du sein.

Cancer

Cancer de la prostate : du sexe en préventif

Les hommes ne sont pas en reste puisque faire l’amour réduirait de 15% leur risque de développer un cancer de la prostate. D’après une étude québécoise de l’Université de Montréal et de l’INRS, l’idéal serait d’avoir couché avec au moins 20 femmes pour diminuer son risque et pas qu’un peu puisque le risque baisse de 28% et de 19% pour un « type de cancer agressif ».

 Pas rigolo pour les homos

Hélas, ces statistiques ne s’appliqueraient pas aux gays. L’étude fait froid dans le dos lorsque l’on apprend que les homos ayant fréquenté plus de 20 hommes, auraient, au contraire, deux fois plus de risques d’être victimes d’un cancer de la prostate comparativement à ceux n’ayant jamais connu d’hommes. Mais pourquoi ? Les chercheurs dont notamment, Marie -Élise Parent, sont assez timides et prudents sur le sujet car pour l’instant, on est sûr de rien. Dans le quotidien 20 minutes, le chercheur Marie-Élise Parent explique « Il se pourrait que la pénétration anale produise un traumatisme physique à la prostate » mais ce ne sont que des hypothèses « hautement spéculatives » peut-on lire dans cet article.

Les meilleurs amants du monde 

Si l’on en croit les statistiques, nous ferions l’amour, en France, deux à trois fois par semaine, ce qui nous place en troisième position du classement des pays qui font le plus souvent des câlins avec 110 rapports par an. Les Grecs sont en tête avec en moyenne 164 parties de jambes en l’air et les Brésiliens juste derrière avec 145 relations sexuelles. Les Allemands prennent la quatrième place avec 117 rapports et en dernière place du classement, les Japonais avec seulement 48 têtes à têtes intimes chaque année.

 Crac-crac : faites-le (au moins) pour la science 

Si vous estimez ne pas avoir assez de moments caliente avec votre moitié, à vous de la convaincre de faire l’amour… au moins pour la science ! En avril dernier, une expérience très sérieuse a justement été lancée par le sexologue Jean-Claude Piquard afin de percer les mystères de l’orgasme. Vous pouvez tous y participer : vous devrez simplement vous équiper d’un cardio-fréquencemètre que vous brancherez pendant vos rapports sexuels pour mesurer la fluctuation de votre rythme cardiaque. Après la chose, il vous suffira de vous connecter sur le site de Jean-Claude Piquard afin de rentrer votre score. Rendez-vous au printemps prochain pour découvrir les résultats de l’enquête. Pour la spontanéité, faudra repasser mais, vous ferez bien cela pour la science ?

Le top 10 des meilleures positions pour rejoindre le 7e ciel*

Sur La santé surtout, on ne se contente pas de vous encourager à faire des câlins pour préserver votre santé (bon, ok, pour le plaisir aussi !), on vous dit également comment vous y prendre, avec ce TOP 10 des meilleures positions à (re)découvrir pour atteindre l’orgasme (selon la gente féminine interrogée dans le cadre d’une grande étude IFOP menée pour CAM4).

1 – Le missionnaire (72%)

2 – L’Andromaque (58%)

3 – Le gaufrier (57%)

4 – La levrette (53%)

5 – La pieuvre (52%)

6 – La charrette (51%)

7 – La position de l’éléphant (49%)

8 – La cuillère (46%)

9 – La fleur de Lotus (43%)

10 – La balançoire (35%)

Il ne vous reste donc plus qu’à honorer, comme il se doit, votre partenaire pour célébrer cette belle journée mondiale de l’Orgasme. À vous de jouer !


* Étude IFOP réalisée pour CAM4  auprès d’un échantillon de 1 006 femmes, représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 25 au 27 novembre 2014.

Sources : Top santé, Epidemiol Community Health 2002, JAMA 2004, Au féminin.com, 20 minutes, Étude Ifop pour CAM4, Étude québécoise de l’Université de Montréal et de l’INRS, pharmacie centrale.

À voir aussi

Thomas Hickey Womens Jersey