MENU
La sante surtout La sante surtout
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Allergologie
Anesthésie
Autres examens
Autres interviews
Bien-être
Bilans sanguins
Biologie
Buy Essays Online
Cancérologie
Cardiologie
Chiropraxie
Chirurgie cardiaque
Chirurgie de l'obésité
Chirurgie de la cheville et du pied
Chirurgie de la main
Chirurgie digestive et viscérale
Chirurgie esthétique
Chirurgie orthopédique
Chirurgie vasculaire
Conseils grossesse
Conseils hypnose
Conseils kiné
Conseils santé
Dentisterie
Dermatologie
Diététique
Droit médical
Examens médicaux
Experts médicaux
Fondations - Associations
Gastro-entérologie
Grossesse
Gynécologie
Hypnose
Infectiologie - IST
Infos santé
Interviews
Kinésithérapie
Livres
Livres divers
Médecine
Médecine d'urgence
Médecine du sport
Médecine du travail
Médecines douces
Médecine générale
Naturopathie
ne pas utiliser
Néphrologie
Neurochirurgie
Neurologie
Nutrition
nutrition
Online Free Dating
Online Writing Help
Ophtalmologie
ORL
Ostéo
Ostéopathie
Pédiatrie - Homéopathie
Personnalités
Personnalités et sportifs
Pharmacie
Pneumologie
Proctologie
Professionnels médecine douce
Psychologie
Questions santé diverses
Questions-Réponses
Quiz santé
Radiologie
Radiologie - Imagerie médicale
Resume Help
Rhumatologie
Santé
Sexologie
Sportif de haut niveau
Stomatologie
Stomatologie et dentisterie pédiatrique
Tous nos conseils
uncategorized
Urgences-Ville
Urologie
Vidéos
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Allergologie
Anesthésie
Autres examens
Autres interviews
Bien-être
Bilans sanguins
Biologie
Buy Essays Online
Cancérologie
Cardiologie
Chiropraxie
Chirurgie cardiaque
Chirurgie de l'obésité
Chirurgie de la cheville et du pied
Chirurgie de la main
Chirurgie digestive et viscérale
Chirurgie esthétique
Chirurgie orthopédique
Chirurgie vasculaire
Conseils grossesse
Conseils hypnose
Conseils kiné
Conseils santé
Dentisterie
Dermatologie
Diététique
Droit médical
Examens médicaux
Experts médicaux
Fondations - Associations
Gastro-entérologie
Grossesse
Gynécologie
Hypnose
Infectiologie - IST
Infos santé
Interviews
Kinésithérapie
Livres
Livres divers
Médecine
Médecine d'urgence
Médecine du sport
Médecine du travail
Médecines douces
Médecine générale
Naturopathie
ne pas utiliser
Néphrologie
Neurochirurgie
Neurologie
Nutrition
nutrition
Online Free Dating
Online Writing Help
Ophtalmologie
ORL
Ostéo
Ostéopathie
Pédiatrie - Homéopathie
Personnalités
Personnalités et sportifs
Pharmacie
Pneumologie
Proctologie
Professionnels médecine douce
Psychologie
Questions santé diverses
Questions-Réponses
Quiz santé
Radiologie
Radiologie - Imagerie médicale
Resume Help
Rhumatologie
Santé
Sexologie
Sportif de haut niveau
Stomatologie
Stomatologie et dentisterie pédiatrique
Tous nos conseils
uncategorized
Urgences-Ville
Urologie
Vidéos
Allergologie choc anaphilactique

Allergies alimentaires : que faire ? Notre allergologue vous dit tout !

Ma fille de 3 ans a vomi quelques minutes après avoir mangé 2 noix de cajou. Ses lèvres se sont mises à enfler et son corps s’est rempli de boutons rouges qui grattaient. Elle a eu un traitement à base de cortisone et on pense à une allergie alimentaire. Que dois-je faire ?

Docteur Catherine Quéquet

Docteur Catherine Quéquet

Allergologue. Auteur des livres « Combattre les allergies » aux Éditions Alpen et « 1001 allergies et intolérances » aux Éditions de l'opportun.

Ce que présente votre fille, semble être, en effet, une allergie immédiate à la noix de cajou (qui fait partie des fruits à coques) de plus en plus répandue chez l’enfant. La rapidité d’apparition des symptômes oriente vers cette hypothèse diagnostique.

Il vous faut contacter un allergologue qui réalisera des tests, SURTOUT n’essayez pas de lui en redonner à la maison pour voir si c’est bien cela. Si, par contre, elle a mangé autre chose avant les noix de cajou, un autre aliment peut-être mis en cause. Notez bien ce qu’elle a ingéré, cela pourra vous être demandé par l’allergologue.

En attendant un rendez vous chez l’allergologue…

Votre médecin généraliste vous prescrira une trousse d’urgence avec un antihistaminique et de la cortisone.

Interdisez à votre fille toute consommation de cet aliment. Attention, la noix de cajou peut se trouver sous forme cachée dans les sauces pesto, par exemple. Il vous faut donc regarder à chaque fois les étiquetages de tous les plats préparés que vous achetez puisqu’il y a obligation de signaler la présence de noix de cajou dans les préparations culinaires.

Expliquez bien à l’entourage ce que votre fille a présenté et précisez bien que s’il elle en remange, il y a un risque d’aggravation.

Si vous-même, mangez des noix de cajou, n’embrassez pas votre fille car vous pourriez, par contact, en déposer une toute petite quantité qui pourrait déclencher des réactions chez elle.  

Prévenez aussi la nounou ou la garderie si votre fille y passe une partie de sa journée.

Informez la cantine, le médecin scolaire et un Projet d’accueil Individualisé (PAI) doit-être rédigé à votre demande par le médecin. Il permet de donner les directives à respecter en cas d’ingestion accidentel à l’école, autorise la prise de médicaments dans l’établissement scolaire et met en place un régime adapté ou l’apport d’un panier repas préparé par la maman. Ce PAI est à adapter ensuite en fonction du bilan allergologique.

Les tests d’allergie en consultation

Des tests cutanés peu douloureux sont effectués (Ils peuvent être réalisés depuis les premiers jours de vie contrairement aux idées reçues)

Un bilan sanguin avec les dosages des anticorps IgE se révèle souvent utile.

 Un test de provocation orale uniquement en milieu hospitalier peut-être prévu en vue de connaître le seuil ou votre fille peut réagir. Certains centres d’allergologie proposent ensuite une induction de tolérance alimentaire permettant une amélioration de la qualité de vie.

Allergie ou une intolérance : comment savoir ?

Les aliments sont sensés apporter énergie, vitamines, minéraux, etc. Malheureusement, pour certains individus sensibilisés, un aliment peut devenir une véritable source d’ennui. On estime actuellement que l’allergie alimentaire touche 8% des enfants et 3,5% des adultes. Les manifestations cliniques sont variées, intéressant le plus souvent la peau et les muqueuses mais aussi le système digestif ou respiratoire.

Il faut savoir, par le biais de tests adaptés, faire la part des choses entre une vraie et une fausse allergie ou une intolérance alimentaire. Parfois confondues à tort entre elles, leur mécanisme respectif est différent. Ils  impliquent chacun des risques et conséquences variables sur la santé.

Vraies ou fausses allergies : les différences

✚ Une « vraie allergie alimentaire » IgE-dépendante immédiate se déclenche très rapidement après l’ingestion de l’aliment (quelques minutes à 2 heures après l’ingestion). Elle s’exprime sous la forme d’urticaire, d’œdème, crise d’asthme, de trouble digestif à type de diarrhée avec parfois chez l’enfant une perte de poids ou une poussée d’eczéma atopique. Le risque majeur, parfois mortel, reste le choc anaphylactique.

La « fausse allergie alimentaire » est plutôt liée à un mécanisme non immunologique. On pourrait la considérer comme un trop plein d’histamine dans l’organisme. Cliniquement, on peut observer une urticaire ou un œdème (plutôt 6 à 8 heures après la consommation d’aliments histamino libérateurs) avec un risque exceptionnel de choc dit anaphylactoïde (sans anticorps IgE).

Les intolérances alimentaires n’ont rien à voir avec une allergie même si parfois, certains symptômes comme la diarrhée, pourraient le faire supposer. Une collaboration étroite entre le gastro-entérologue et l’allergologue permet souvent d’établir le diagnostic avec certitude.

L’intolérance au gluten est responsable de la « maladie cœliaque ». Elle est à l’origine de troubles digestifs majeurs entrainant parfois une perte de poids conséquente. L’intolérance au lactose, à ne surtout pas confondre avec l’allergie vraie au lait de vache, correspond à un déficit enzymatique digestif en lactase qui normalement permet de scinder le lactose en deux sucres digestifs : le glucose et le galactose facilement assimilables par l’intestin. Ce déficit entraine alors l’apparition, après l’ingestion de lait, de diarrhées et ballonnements abdominaux.


Infos utiles :
www.cicbaa.com/pages_fr/regimes/index.html
www.allergies.afpral.fr
www.lequotidiendumedecin.fr/videos/cap-allergies


 À lire : « Combattre les allergies » du Docteur Catherine Quéquet, aux Éditions Alpen

À voir aussi