MENU
La sante surtout La sante surtout
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Allergologie
Anesthésie
Autres examens
Autres interviews
Bien-être
Bilans sanguins
Biologie
Cancérologie
Cardiologie
Chiropraxie
Chirurgie cardiaque
Chirurgie de l'obésité
Chirurgie de la cheville et du pied
Chirurgie de la main
Chirurgie digestive et viscérale
Chirurgie esthétique
Chirurgie orthopédique
Chirurgie vasculaire
Conseils grossesse
Conseils hypnose
Conseils kiné
Conseils santé
Dentisterie
Dermatologie
Diététique
Droit médical
Examens médicaux
Experts médicaux
Fondations - Associations
Gastro-entérologie
Grossesse
Gynécologie
Hypnose
Infectiologie - IST
Infos santé
Interviews
Kinésithérapie
Livres
Livres divers
Médecine
Médecine d'urgence
Médecine du sport
Médecine du travail
Médecines douces
Médecine générale
Naturopathie
ne pas utiliser
Néphrologie
Neurochirurgie
Neurologie
Nutrition
nutrition
Ophtalmologie
ORL
Ostéo
Ostéopathie
Pédiatrie - Homéopathie
Personnalités
Personnalités et sportifs
Pharmacie
Pneumologie
Proctologie
Professionnels médecine douce
Psychologie
Questions santé diverses
Questions-Réponses
Quiz santé
Radiologie
Radiologie - Imagerie médicale
Rhumatologie
Santé
Sexologie
Sportif de haut niveau
Stomatologie
Stomatologie et dentisterie pédiatrique
Tous nos conseils
Urgences-Ville
Urologie
Vidéos
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Allergologie
Anesthésie
Autres examens
Autres interviews
Bien-être
Bilans sanguins
Biologie
Cancérologie
Cardiologie
Chiropraxie
Chirurgie cardiaque
Chirurgie de l'obésité
Chirurgie de la cheville et du pied
Chirurgie de la main
Chirurgie digestive et viscérale
Chirurgie esthétique
Chirurgie orthopédique
Chirurgie vasculaire
Conseils grossesse
Conseils hypnose
Conseils kiné
Conseils santé
Dentisterie
Dermatologie
Diététique
Droit médical
Examens médicaux
Experts médicaux
Fondations - Associations
Gastro-entérologie
Grossesse
Gynécologie
Hypnose
Infectiologie - IST
Infos santé
Interviews
Kinésithérapie
Livres
Livres divers
Médecine
Médecine d'urgence
Médecine du sport
Médecine du travail
Médecines douces
Médecine générale
Naturopathie
ne pas utiliser
Néphrologie
Neurochirurgie
Neurologie
Nutrition
nutrition
Ophtalmologie
ORL
Ostéo
Ostéopathie
Pédiatrie - Homéopathie
Personnalités
Personnalités et sportifs
Pharmacie
Pneumologie
Proctologie
Professionnels médecine douce
Psychologie
Questions santé diverses
Questions-Réponses
Quiz santé
Radiologie
Radiologie - Imagerie médicale
Rhumatologie
Santé
Sexologie
Sportif de haut niveau
Stomatologie
Stomatologie et dentisterie pédiatrique
Tous nos conseils
Urgences-Ville
Urologie
Vidéos
Biologie

L'influence des médicaments

J’ai pris des psychotropes pendant 15 ans, j’ai arrêté il y a 2 ans mais un bilan m’indique un taux de prolactine de 19 ng/ml, donc une hyperprolactinémie. La prise d’anti-dépresseurs pourrait-elle être la cause de cet excès de prolactine ? Autre question : peut-on faire des analyses pour connaître son taux de dopamine et, en cas de déficience, un agoniste dopaminergique ne serait-il pas conseillé ? Je m’inquiète des conséquences à long terme de ce type de traitement, notamment sur l’épanouissement sexuel.

Docteur Mathieu Kuentz

Docteur Mathieu Kuentz

Biologiste médical

La prolactine est une hormone secrétée par l’antéhypophyse de manière pulsatile et selon un rythme circadien (les valeurs diffèrent dans la journée).

Vous avez en effet un taux de prolactine légèrement augmenté, pour une normale inférieure à 15 ng/ml chez un homme adulte (à confronter aux valeurs normales de votre laboratoire).

La prise de neuroleptiques est l’une des principales étiologies des hyperprolactinémies iatrogènes (c’est-à-dire causée par un médicament). Ces molécules vont se fixer sur les récepteurs D2 à la dopamine induisant ainsi indirectement une augmentation de la prolactine.  La fixation à ces récepteurs n’est pas définitive. Une hyperprolactinémie induite par la prise d’antipsychotiques va disparaître après l’arrêt du traitement (de 3 semaines à 6 mois en fonction des thérapeutiques). Ainsi, il est peu probable que cette discrète hyperprolactinémie soit due à vos traitements antérieurs.

Les deux principaux problèmes d’interprétation de ce type de dosage résultent en la maitrise de la phase pré analytique, c’est-à-dire « avant le prélèvement », et la technique de dosage. Cette hormone présente une libération cyclique dans la journée et pulsatile, mais sa sécrétion est aussi induite par tout stress.

Ainsi, je vous conseille de réitérer ce dosage à heure fixe (le mieux est 9 heures) après un repos. La pose d’un cathéter est parfois nécessaire. En différant le premier prélèvement de 20 minutes et en effectuant un pool de 2 à 3 prises de sang sur le cathéter, les augmentations dues au stress ou à l’aspect pulsatile sont réduites.

La question primordiale devant un dosage de prolactine est : présentez-vous des signes cliniques ? (gynécomasties, troubles érectiles ou sexuels, baisse de la libido, …)

Dans tous les cas, un nouveau dosage est impératif. Votre biologiste peut être amené à faire réaliser ce dosage par un confrère afin d’utiliser une autre technique analytique.

Le dosage des dérivés dopaminergiques n’a pas d’intérêt dans votre situation et n’apportera aucun élément supplémentaire. Comme dans toutes les pathologies, la mise en évidence et la compréhension de l’étiologie est primordiale.  Les traitements proposés en dépendent.

Je vous conseille de prendre contact avec votre médecin afin de faire le point avec lui. Il vous proposera vraisemblablement un contrôle et fera l’état de vos différentes prises médicamenteuses (d’autres médicaments sont susceptibles de faire varier la prolactine).

Enfin, dans le cas d’une hyperprolactinémie confirmée, votre médecin pourra vous prescrire les examens complémentaires adéquats voire vous orienter vers un endocrinologue.

À voir aussi