Première consultation gynéco : quand ? pourquoi ? quels examens ?

Tout ce qu’il faut savoir sur la première consultation

Docteur Igor Popovic

Docteur Igor Popovic

Gynécologue Obstétricien. Ancien Interne des Hôpitaux. Ancien Chef de Clinique à la Faculté de Médecine.

Chez une jeune femme, la première consultation gynécologique est toujours un moment particulier, voire délicat en fonction du vécu et de la sensibilité de chacune.

Lors de ce rendez-vous, nous, médecins, avons la responsabilité d’instaurer un climat de confiance. Tout le suivi gynécologique de 20 à 74 ans dépend parfois de cette première consultation !

Le premier motif de consultation est souvent la demande de contraception avant les premiers rapports. C’est le moment de discuter, expliquer et, quelque part, accompagner.

Pour ma part, il ne faut surtout pas imposer un moyen de contraception particulier mais guider le choix de la patiente en expliquant les avantages et inconvénients de chaque contraception.

Soulignons qu’une contraception efficace (pilule, etc..) n’a jamais empêché la transmission des IST.

Parfois, le motif de la première consultation est une urgence comme par exemple « un accident de préservatif ». Il faut écarter le risque d’une grossesse inopinée en faisant dès que possible une échographie et une prise de sang afin de rassurer immédiatement la patiente et d’avoir la conduite à tenir adéquate.

Les autres symptômes nécessitant une première consultation gynécologique sont des pertes vaginales entraînant des démangeaisons et/ou odeurs. Il faut éliminer une IST type Chlamydiae Trachomatis en faisant un prélèvement cervico vaginal bactériologique. Certaines infections sexuellement transmissibles entraînent parfois une infertilité définitive sauf si elles sont traitées à temps.

Concernant le frottis, autre type de prélèvement vaginal, celui-ci permet d’éliminer le cancer du col qui est dans l’immense majorité des cas dû au Human Papilloma Virus (HPV).

Selon les dernières études scientifiques, le frottis n’a pas d’intérêt avant l’âge de 24 ans sauf cas particulier.

Les règles douloureuses peuvent être un motif de consultation. Il faut éliminer une endométriose, maladie rare mais invalidante. Le plus souvent, les règles douloureuses cessent avec une pilule adaptée.

Il est préférable que les patientes mineures soient accompagnées d’une personne majeure, l’accompagnant pouvant rester dans la salle d’attente si la jeune patiente le souhaite.

En conclusion : il est très important de prendre contact avec un gynécologue entre 18 et 24 ans, voire plus tôt. Même sans examen gynécologique, cette consultation apporte beaucoup d’informations et brise des tabous et autres clichés parfois véhiculés par les multiples sources d’informations nous entourant.

Posez votre question Voir toutes les questions

À voir aussi